LA LETTRE           ADHERER         FAIRE UN DON        

émission du 04/06/21

vendredi 4 juin 2021

proposé par Bernard Laurent


Votre magazine complet

Que choisissez-vous ?

Editorial de :
  Bernard Laurent
publié le : 03-06-2021 - 29min57s

Périr une deuxième fois dans l’incendie du crématorium, appartenir à une famille de bourreaux ou vous noyer dans les yeux de votre blonde ?




Les podcasts du mag


publié le : 03-06-2021 - 4min54s

Et pourquoi pas : inondation à la piscine ou l’extrême droite au pouvoir !


publié le : 03-06-2021 - 5min6s

Sur la photo nous nous tenons droits. Nous servons les peuples et les rois. Fidèles à nos engagements respectant leur enseignement. Non seulement nos très chers parents sont restés toute leur vie durant des bourreaux de travail mais leur travail était : bourreaux.


publié le : 03-06-2021 - 3min26s

Avec le temps tout s’en va ! Pas besoin d’explication de texte, tout est dit. Pardon chanté, même pas, posé sur la ligne mélodique.




Incendie au crématorium.

Je voudrais vous faire partager une bonne rigolade et c’est un exercice périlleux même si le rire est parait-il le propre de l’Homme (avec un grand H) et si, par conséquent, ce qui nous fait rire est particulier à chacun d’entre nous.
La rigolade en question a été provoquée par la lecture d’un fait divers paru dans la La Nouvelle République en date du 4 avril 2021, sous le titre
« Le crématorium de Poitiers est à l’arrêt après un incendie. »
Un incendie dans un crématorium, ce doit être exceptionnel ? Mais pas du tout. Dans 42 Info du 28/10/20. Je cite :
« C’est la stupeur qui s’est installée au crématorium de Mably (une commune proche de Roanne). Les participants ont été choqués lors d’une cérémonie. Le four du crématorium a pris feu. Aucune personne n’a été blessée… » sauf dans son amour propre. Et il y en a d’autres des crématorium qui crament :
Richmond (E.U). Le 15/10/2014. L’incendie qui a embrasé le toit du crématorium a été causé par la longue incinération d’un homme pesant environ 230 kg… ce qui a fait que l’incinération a duré plus longtemps qu’une crémation “normale”. Cela a provoqué une surchauffe de la cheminée qui a ensuite enflammé le toit en caoutchouc du bâtiment… »Voilà pour les faits et tout ça parce que le défunt n’avait pas brûlé toutes ses graisses de son vivant.
Nous avons donc « incendie » et « crématorium ». Deux termes pas drôles du tout pris séparément mais une fois associés, ils ont provoqué l’hilarité, un peu honteuse, de votre serviteur.
Incendie au crématorium ? Et pourquoi pas… inondation à la piscine ? Vous avez demandé une nouvelle bizarrerie… Ne quittez pas, ça existe !
Le quotidien La Voix du Nord en date du 27/09/20. Je cite :
« Le local technique de la piscine de Waziers a été en proie à une importante inondation ce dimanche matin. Un employé a été blessé et transporté au centre hospitalier de Douai. » fin de citation.
Incendie et crématorium, inondation et piscine, une question se pose : sommes-nous devant un oxymores (rapprochement de deux termes que leurs sens devraient éloigner) ? Devant une incongruité ? Une cocasserie ? Qu’importe parce que ce qui m’a fait rire (et vous aussi j’espère) c’est que le feu au crématorium normalement c’est pour le mort (ne parle-t-on pas de « feu untel » quand il est disparu ?) Et que l’eau à la piscine, c’est pour les bassins et les baigneurs, pas pour le bâtiment !
C’est comme dans l’armée, un militaire ne peut pas être à la fois un pacifiste militant et un général ! Et pourtant si. Il s’appelait Jacques Paris de Bollardière. Il a refusé de pratiquer la torture pendant la guerre d’Algérie. Il a fait de la prison puis a démissionné de l’armée. Il est mort en paix en 1986 à 79 ans.
C’est marrant, si j’ose dire, mais un militaire pacifiste ça provoque chez moi plus de respect que d’hilarité.
Il est d’autres situations, cocasses certes, mais pas franchement poilante :
Prenez le ministre en charge de la police, Gérard Darmanin, le 19/05/21 il est allé saluer une manifestation de policiers devant l’Assemblée nationale. Il s’est donc mêlé à une protestation de rue, protestation qui lui était adressé, entre autre, comme ministre de tutelle. Et là je rigole un peu moins. Manifester contre soi-même ? Vous avez dit bizarre ?
C’est comme à propos des prochaines échéances électorales, je ne sais pas si l’association incongrue des termes « Démocratie élective » et « Extrême Droite » provoquera mon hilarité car je sens, à cette perspective, se paralyser mes zygomatiques !
Et je crois que je préfère carrément être inondé dans un crématorium ou brûlé dans une piscine… ou inversement !

Bernard LAURENT


Les chroniques sont aussi à lire


    Portrait de famille.
    Léo.

Les fichiers sonores et les textes mis à disposition sont soumis aux règles de distribution et de partage suivantes des licences Creative Commons :

Logo Creative Commons BY NC ND
Logo Creative Commons

/BY : attribution / NC : non commercial / ND : partage dans les mêmes conditions /




Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?


Votre message


Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Une fois publié, pour effacer ou modifier votre message : contact@balado-gazette.fr