LA LETTRE           ADHERER         FAIRE UN DON        

La Culture en circuits courts ou en court circuit ?

vendredi 1er octobre 2021

proposé par Bernard Laurent


Votre magazine complet

Cause toujours disait le poète, bonnet rouge-bleu bonnet.

Editorial de :
  Bernard Laurent
publié le : 30-09-2021 - 29min55s

Si Culture 5 explose les audiences, c’est parce qu’il y du suroit dans le crâne du poète.




Les podcasts du mag


publié le : 30-09-2021 - 2min41s

publié le : 30-09-2021 - 2min48s

Pour Aristide, la vie est bien la première et la seule cause de mortalité.


publié le : 30-09-2021 - 1min48s

Des mots on le dit amant car les siens à nos oreilles sonnent, dans nos corps et esprits résonnent. Son patronyme : Diamanka.


publié le : 30-09-2021 - 3min56s

Au début du XXe siècle, si la Bretagne centrale était effectivement très soumise aux autorités ecclésiastiques, une grande partie de sa frange côtière était républicaine, voire socialiste.


Editorial du 01/10/21

Les circuits courts : une bonne idée, mais ça dépend de la nature des échanges. Voyons voir.
Culture 5 est une émission hebdomadaire qui a l’ambition de véhiculer un messager culturel à disposition de tous et disponible sur la plateforme balado-gazette.fr Comme tel, ce média de diffusion et de création audio n’a pas de consistance matérielle.
En apparence du moins parce que en réalité, comme tous les média qui utilisent la toile, cette matérialité se concrétise dans des outils (ordinateurs, smart phones, tablettes, câblerie, chargeurs etc ) et des zones de stockage, les fameux « data centres » très énergivores donc très polluants.
Faudrait-il pour autant s’en passer au nom du réchauffement climatique qui n’est déjà plus une menace hélas ? C’est là qu’est l’os !
Ainsi, dans le domaine de l’information et de la circulation des savoirs, faudrait-il revenir aux circuits courts de la communication en réhabilitant par exemple le crieur public ou en revenant aux bons médias d’avant l’informatique. Ces derniers ne manquaient pas d’efficacité. Jusque dans les années 90-2000, ils ont diffusé leurs contenus sur la terre entière mais ils n’auront finalement été connus que d’un petit nombre, une élite dirions-nous, détentrice de fait du pouvoir d’accession à la culture, et souvent du pouvoir tout court.
A l’opposé, la diffusion de la culture sur la toile a au moins l’avantage d’être à la portée de tous ou quasiment et tout le temps.
Alors, autant la promotion des circuits courts dans le domaine des échanges matériels me semble une évidence pour lutter contre le consumérisme débridé et le réchauffement de la planète, autant, concernant les échanges d’informations, les circuits courts, le « localisme » donc, ne me semblent pas contribuer à la promotion des connaissances à partager avec le plus grand nombre.
Dans Culture 5 on s’est dit que, même découpée en séquence de moins de cinq minutes, la culture diffusée sans limite géographique et instantanément, il y avait l’opportunité d’élargir nos espaces de connaissance, de sensibilité et de créativité.
A une époque où le repli sur soi, le « rabougrisme » en mode Z, prend un essor funeste, gageons que la culture vécue en vase clos dans une forme d’entre soi, de circuits courts, loin de faire passer le courant entre les humains, ne provoque finalement pas des… courts circuits.

Bernard LAURENT


Les chroniques sont aussi à lire


    Cause toujours, ça m’intéresse.
    Une belle rencontre.
    Tableau politique de la France de l’Ouest.
    Editorial du 01/10/21

Les fichiers sonores et les textes mis à disposition sont soumis aux règles de distribution et de partage suivantes des licences Creative Commons :

Logo Creative Commons BY NC ND
Logo Creative Commons

/BY : attribution / NC : non commercial / ND : partage dans les mêmes conditions /




Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?


Votre message


Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Une fois publié, pour effacer ou modifier votre message : contact@balado-gazette.fr