Connexion             la lettre             ADHERER             FAIRE UN DON            

Faisons dans la nuance ! (22/10/21).

vendredi 22 octobre 2021

proposée par Bernard Laurent


Emission du 22/10/21.


Bernard LAURENT
publié le : 21-10-2021 - 32min57s

Dans les Cévennes ou dans le Bas Maine, la rumeur trouve chaussure à son pied.



Faisons dans la nuance !


Bernard LAURENT
publié le : 21-10-2021 - 2min24s



Rapport Sauvé : l’éclairage d’un protestant.


Bernard LAURENT
publié le : 21-10-2021 - 5min15s



Les Rumeurs.


Jeff
publié le : 21-10-2021 - 4min31s

L’an dernier, une adolescente, dans sa folie inconsciente, rentrée chez elle a menti, condamnant Samuel Paty.



Le Bas Maine.


Dominique Scandella
publié le : 21-10-2021 - 4min24s

Plus de la moitié du territoire était constitué de bois et de landes. Les populations agricoles, indolentes et soumises, accablées d’impôts, incapables de nourrir leurs habitants.



Chaussure à son pied.


Hervé Richou
publié le : 21-10-2021 - 4min16s

Pour les parties basses du corps qui permettent de garder justement les pieds sur terre, Aristide n’avait qu’une attirance modérée.



Les chroniques sont aussi à lire

    Faisons dans la nuance !
    Les Rumeurs.
    Le Bas Maine.
    Chaussure à son pied.

Les fichiers sonores et les textes mis à disposition sont soumis aux règles de distribution et de partage suivantes des licences Creative Commons :

/BY : attribution / NC : non commercial / ND : partage dans les mêmes conditions /


Editorial du 22/10/21

Trouver le bon mot pour dire sa pensée au plus juste, et pour être compris, c’est le défi hebdomadaire que nous nous lançons à Culture 5. Rien à voir avec Sisyphe qui lui ne faisait qu’une grimpette quotidienne sur son mur d’escalade. Et en général, c’est pas l’tout de trouver le bon mot. L’important c’est aussi de savoir QUI le dit, à QUI on l’adresse, et surtout QUI l’entend.
Exemple : « la crise sanitaire nous a beaucoup fait souffrir ». Dit par une patronne du CAC 40, le mot « souffrir » n’a probablement pas le même contenu que pour une infirmière de réanimation.
« Il faudra faire des efforts pour améliorer notre situation économique ». Ok Bruno ! On y va ! Mais de quels efforts parles-tu ? Parce que pour Marie, Myriam ou Meriem, techniciennes de surface dans les ferries, quelque part du côté des quais de Ouistreham, c’est pas la même chanson.
« Il faut avoir de l’ambition », « garder la passion du métier » : pour un chômeur ça veut dire quoi ?, « avoir le courage de ses opinions » : quand on est militant LGBT en Biélorussie, c’est pas sans conséquence. « Nous devons rembourser nos dettes », c’est vrai, qui paye ses dettes s’enrichit ! Allez dire ça à quelqu’un qui aimerait bien pouvoir s’endetter !
On pourrait décliner à l’infini, toutes les situations où notre langage n’a de valeur, de pertinence et de sincérité que si notre interlocuteur peut le comprendre. A la radio, c’est un casse tête. Par définition, on ne sait pas à qui on s’adresse. On n’est jamais sûr de rien. Alors, comment s’en sortir ?
Je ne vois qu’une issue : pratiquons l’art de la nuance et nous aurons une chance de rendre notre langage intelligible. Proscrivons les phases toutes faites qui débitent des vérités qui n’en sont pas !
Exemple : si j’affirme que Monsieur Z est un fasciste, je ne fais pas dans le camaïeux des opinions et on pourrait légitimement me le reprocher. D’accord. Alors je vais nuancer cette affirmation en disant que Monsieur Z est un… néo fasciste.
C’est mieux, non ?

Bernard LAURENT




Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.