LA LETTRE           ADHERER         FAIRE UN DON        

Chocking !

vendredi 14 janvier 2022

proposé par Bernard Laurent


Votre magazine complet

Chocking !

Editorial de :
  Bernard Laurent
publié le : 13-01-2022 - 30min55s

Les grenouilles demandent une rançon éthique, Bill Evans valse avec Schubert. Chapeau !




Les podcasts du mag


  Edouard Jouan
publié le : 13-01-2022 - 3min35s

’Ras le pot’ d’une majorité de nos citoyens exaspérés et consternés par l’obstination d’un petit nombre à refuser cette vaccination.


  Jeff
publié le : 13-01-2022 - 2min37s

Moi je, au jour d’aujourd’hui, carrément, et puis c’est pas tout ça. Enfin... J’dis ça, j’dis rien.


  Hervé Richou
publié le : 13-01-2022 - 3min21s

Des pédocriminels ont commis l’irréparable. Pour ce kidnapping de l’innocence, il n’est pas de rançon. On parle d’indemnisation.


  Johann Lefèvre
publié le : 13-01-2022 - 9min18s

Quand la Waltz For Debby rejoint la Nocturne No.2 en mi mineur.


L’indignation créée par la défécation verbale du chef de l’état en dit long sur le niveau de notre débat dans la gestion du tsunami viral qui submerge notre quotidien et en dit long également sur le ton que va prendre la campagne présidentielle. En tombant, cette déjection de trône a fait beaucoup de bruit dans une mare médiatique friande de ce type de royal cadeau et toujours prête à en faire soit une tartine soit tout un fromage... de plus ou moins bon goût, vous en conviendrez.

C’est devenu courant et très recherché, le moindre écart de langage de nos dirigeants provoque une levée d’invectives stigmatisant leur imprévoyance, leur incompétence viscérale et l’inadaptation d’un discours officiel qui ne serait pas à la hauteur de la crise actuelle.

Chaque fois, c’est « Haro sur le baudet, ce pelé, ce galeux dont viendrait tout le mal » (dixit La Fontaine). Comment une sommité de l’état peut- elle se permettre un niveau de langage aussi incongru et choquant chez le détenteur de la fonction suprême ?
Comment ce qui aurait pu être audible dans la bouche d’un Jacques Chirac serait-il devenu insupportable dans celle d’un Emmanuel Macron ? A vous de voir.
On nage dans l’univers ridicule du « qu’en dira-ton », plus soucieux, en apparence seulement, de la forme que du fond. Enfin ! comment un Président de la République peut-il employer des formules aussi scabreuses et indignes de sa fonction !!
N’est-il pas de son devoir de jouer d’un vocabulaire et de périphrases châtiées, de courbettes et de salutations en accord avec sa jupitérienne position ?
« Dans ce même temps » bien pensant où il est courant de pointer du doigt sa suffisance, son arrogance, voire son mépris du »bas peuple », il est quand même étonnant de constater qu’on lui refuse ce petit plaisir de quitter, de temps en temps, cette haute sphère tant décriée pour venir patauger dans la boue plébéienne.
Les grenouilles que nous sommes veulent bien d’un roi (elles en rêvent, que dis-je, elles en raffolent) à l’image de nos voisins d’outre manche mais, c’est cocasse, elles lui interdisent de coasser librement.

Reconnaissons, pour finir, que cette malencontreuse formule qui a tant heurté les puristes et tant provoqué de vagues et de remous dans le microcosme politique et médiatique a, au moins, eu le mérite d’être à l’unisson du « ras le pot » d’une majorité de nos citoyens exaspérés et consternés par l’obstination d’un petit nombre à refuser cette vaccination qui, si elle n’a pas le pouvoir d’empêcher d’attraper le (ou la) Covid, est mondialement reconnue comme le seul moyen d’endiguer la vague qui assaille les urgences de nos hôpitaux et de préserver notre capacité à soigner ceux qui en ont besoin.


Les chroniques sont aussi à lire


    Ethique et Tics.
    La rançon.
    Le chapeau.

Les fichiers sonores et les textes mis à disposition sont soumis aux règles de distribution et de partage suivantes des licences Creative Commons :

Logo Creative Commons BY NC ND
Logo Creative Commons

/BY : attribution / NC : non commercial / ND : partage dans les mêmes conditions /




Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?


Votre message


Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Une fois publié, pour effacer ou modifier votre message : contact@balado-gazette.fr